Héritier Watanabé a t-il réussi sa conférence de presse à Paris ?

Héritier Watanabé fait actuellement sensation dans le cercle des amateurs de Rumba congolaise. Ancien protégé de l’artiste congolais Werrason, il se lance à l’assaut du public européen ! Les kokos, c’est de lui dont je vais parler…

14370215_889868061147366_6148600022420264439_n

Il signe chez David Monsoh, producteur reconnu d’origine ivoirienne, basé à Paris également Président co-fondateur de la chaîne câblée Bblack France et fondateur de Bblack Africa (du lourd quoi..).

Héritier, réalise enfin son rêve, sortir son premier album et prouver à tous qu’il est capable d’honorer le surnom qui lui a été attribué : l’Héritier de la musique africaine ! On a, là, une collaboration ivoiro-congolaise… ha…ça ! C’est ce j’appelle un mélange qui fait jazzé !

Le producteur David Monsoh, voit les choses en grand pour son artiste, il convoque la presse  2 jours avant la sortie officielle de l’album intitulé “RETIRADA, Carrière d’honneur”, dans le chic 8ème arrondissement de Paris. J’y étais et me suis fait un avis sur cet opus et le fameux Héritier Watanabé…

Qui est Héritier Watanabé ?

Héritier Bondongo Kabeya est un artiste congolais, né le 29 août 1982, il a donc actuellement 34 ans.
Il grandit à Kinshasa où il se fait repérer lors d’un concert par JB Mpiana qui lui propose d’intégrer son orchestre à condition qu’il obtienne D’ABORD SON DIPLÔME.
Il est par la suite introduit par un ami commun à Werrason qui est carrément aller à la rencontre de la mère d’Héritier, afin de la convaincre et lui assurer que son fils,de 15 ans à l’époque, suivrait toujours ses études tout en chantant pour lui.

Werrason, dit le roi de la Forêt, avait semble t-il promiT à Héritier la production de son 1er album, Werra n’a pas su honorer cette promesse, le jeune Watanabé décide donc de se RETIRER. Moment marquant de sa carrière qu’il raconte lors d’un entretien sur les ondes de l’émission de radio “Couleurs Tropicales” mené par Claudy Siar (Suivez ce Monsieur sur les Réseaux sociaux, un engagement pour la valorisation de la culture africaine et des défavorisés par la vie. il est vraiment inspirant)

Sa rencontre avec David Monsoh fondateur du label Obouo Music lui permet d’entrevoir le bout du tunnel vers la réalisation de son album qu’il intitulera “RETIRADA, Carrière d’honneur”. RETIRADA signifie RETRAIT en espagnol, c’est un clin d’œil à son départ de l’écurie de Werrasson.
Ne me demandez pas pourquoi il choisit de le dire en espagnol hein… y a des questions qu’il faut laisser en suspend parfois… c’est pas mauvais.

Héritier et son producteur David Monsoh partent à la conquête d’un public dans l’expectative et surtout d’un public congolais frustré de voir leur artiste signé chez un ivoirien connu pour avoir produit Fally Ipupa.

LA CONFÉRENCE, Le moment Fatidique !

Bon, entrons dans le vif du sujet. Mardi 8 novembre 2016, rue de la Boétie, du monde, sapés devant un restaurant réputé du quartier,  les invités patientent avant le début de la conférence de presse de l’Héritier de la musique Africaine.
On sent que l’organisation a été réfléchit, pas de désordre, pas de vacarme inutile, le manager de l’artiste accueille chaleureusement les participants liste d’invitation à la main, il faut montrer patte blanche. À l’étage du restaurant, la salle de réception emménagé pour contenir le maximum de personnes, journalistes et professionnelles du milieu… l’évènement est très attendu.

Des hôtesses, bien apprêtées, proposent à boire, il y a du Champagne ( mon eau de source  ) et divers boissons gazeuses. Ils n’ont pas négligé l’accueil, c’est plaisant ça !

Salle de conférence d'Héritier - Restaurant le Continent, Paris 8eme

Salle de conférence d’Héritier – Restaurant le Continent, Paris 8eme

On aperçoit des visages connus, Phil d’Africa n°1, Stéphane Ndjigui, Directeur artistique du label Because Music, Eebra Touré acteur ivoirien, Aïssé Sissoko Fondatrice du site média Africanmoove, Jean-Michel Denis, Journaliste Jeune Afrique, Benito de Londres influent du milieu ou encore des représentants de sponsors ainsi que des journalistes congolais pour la plupart.

L’animatrice de la conférence introduit rapidement David Monsoh en rappelant son action dans l’industrie du disque.

David Monsoh prend la parole pour évidement présenter son artiste MAIS il s’empresse d’inviter les journalistes à prendre “le temps d’écouter” pour éviter “des critiques sous l’émotion”… Je ne comprenais pas pourquoi il les prévenaient comme ça… mais j’ai vite fini par le comprendre !

“S’il fallait citer une liste de grands chanteurs africains, je n’hésiterai pas à citer Wally Seck.”

On Regarde en patientant les clips fraîchement réalisés pour les titre BM et D de D en exclusité. J’ai particulièrement aimé le duo avec Wally Seck, chanteur sénégalais dont Héritier dit de lui “S’il fallait citer une liste de grands chanteurs africains, je n’hésiterai pas à citer Wally Seck.”

19:00, L’arrivée de l’Héritier !

Héritier Watanabé, fait son entrée, les journalistes, caméramens, photographes tous sur le pied d’guerre pour accueillir l’homme le plus attendu de la soirée. On le sent légèrement intimidé…normal. Il avance tranquillement avec son staff, chaussé de ses mocassins argentés… La sape, toujours !

“J’ai fournis un travail de dur labeur… soucieux de chercher la perfection.”

Héritier ouvre la conférence de Presse en se tenant face aux journalistes. Il explique qu’il espère que l’album plaira car il a travaillé dur pour fournir un travail de qualité avec le soutien de Obouo Music le label indépendnat de David Monsoh et Because Music mastodonte de l’industrie qui s’est imposé en produisant l’album d’Amadou et Mariam, le plus célèbre couple malien qui interprétaient “Un dimanche à Bamako” (+500 000 ventes)

 Des questions, des piques… Le bal est ouvert !

Je suis un bijoutier qui prend des diamants comme Héritier, les poli, les fait briller pour leur donner de la valeur !”  – David Monsoh

David Monsoh avait prévenu “Prenez le temps d’écouter… les critiques pas dans l’émotion”… Bah prépare toi David… Ça va y aller !

Les questions :

César NGADI, journaliste pour RD Congo Info ouvre le bal en demandant d’abord si les questions doivent être posées en français ou en lingala… Haaa probleme eza les amis, eza facile té ! Il choisira le français. Bon c’est le seul bémol de la conf’ parce qu’à certains moments on était légèrement largués quand les questions étaient posées en lingala sans traduction.

  • “Si je vous dis de dédier votre 1er album à une personne, qui choisirez-vous ?”
    • “…J’aurais envie de dire Werrason (…) mais je dirai ma mère car j’ai grandi sans père et elle a été ma mère et mon père…” – C’est mimi ☺

Aïssé SISSOKO, Journaliste Africanmoove :

  • “Comment tu perçois l’évolution de la musique congolaise ?”
    • “… Il n’y a pas de grands producteurs congolais, faut qu’on se le dise, comme dans le temps il y avait Verkis Kiamwangana (…) Il y a une carence aujourd’hui et je dis merci à David Monsoh. Au congo, on a vraiment des talents qui chantent peut-être même mieux que moi mais qui n’ont pas la chance d’avoir un bon producteur.”

Sylvie SLY, Journaliste Afro Flame :

  • “Si vous rencontrez beaucoup de succès, est-ce que vous voudriez interrompre ce contrat avec David Monsoh, qui profite bien de nos artistes congolais ?” –
    Alors là… elle n’est pas passé par quatre chemins !😅

    • “J’ai un contrat de 3 albums, répartit sur 5 ans. Arrivé à l’échéance de notre contrat et avant d’en signer un nouveau, je préférerai venir voir David Monsoh et lui dire “Papa, aujourd’hui je suis ce que je suis parce que vous avez cru en moi et fais de moi ce que je suis aujourd’hui (…) je m’en vais chez Monsieur X, signons un accord et soyons quitte. C’est la même procédure que j’ai fais avec Werrason.”

Un journaliste, pose une question à David Monsoh :

  • Qu’est ce qui vous a poussé à collaborer avec Trace TV ? On sait qu’il y avait quelques malentendus entre vous, boss de Bblack, et Trace TV, est-ce que c’était réellement pour la réussite d’Héritier Watanabé que vous avez souhaité ‘faire la paix’ et collaborer ?
    • David Monsoh : “On n’avait pas de problème avec Trace, c’était des petites rumeurs qui circulaient sur les réseaux sociaux. Je suis producteur de musique, le plus important pour moi c’est que la culture africaine s’expose. Quand je produis Héritier, moi je fais du business, je suis un businessman, je n’investis pas au hasard sur un artiste. Je suis un bijoutier qui prend des diamants comme héritier, les poli, les fait briller pour leur donner de la valeur !”

Les questions qui ont fait réagir !

Papy MBOMA, Journaliste B-One TV :

  • Papi Mboma a posé cette fameuse question en lingala, donc ma foi, impossible de vous restituer ses dires maiiis… Heureusement David Monsoh comprend le lingala ! Comme un héros masqué des BD Marvel il bondit de l’arrière, prend le micro des mains d’Héritier et dit :
    • C’est moi qui vais répondre à cette question !” – Rire général –  On sentait d’emblée que sa réponse n’allait caresser le poil de personne et dans aucun sens ! (eza inspiration très fort)
      il poursuit en posant sa main sur l’épaule du journaliste comme pour prendre le contrôle de la situation “Il a expliqué en lingala,je vais prouver aux gens que j’ai compris le lingala ! (…) je suis à un stade où je ne suis pas dans les histoires d’ingratitudes, pour moi il n’y a pas d’ingratitude. David Monsoh fait du business. Les gens ont leur façon de se comporter (…), ça ne m’empêchera pas de produire, je produirai jusqu’à mon dernier souffle de vie. Merci à la musique congolaise que j’aime beaucoup.
      D’un mouvement de cape, le héros masqué David Monsoh, reprend sa place derrière son artiste ! 😅 C’était fort !
David Monsoh - Conférence de Presse d'Héritier Watanabé

David Monsoh – Conférence de Presse d’Héritier Watanabé                                         Crédits : Pata Papara

Allez un Bonus pour la fin, le miel, la cerise sur le gâteau ! Voilà le moment le plus drôle et gênant de la conférence :

Grace MBIZI dit la sexy, Animatrice Tv  s’adresse à D. Monsoh :

G.M  : “David Monsoh, on a écouté le générique, il y a un problème de son, le son n’est pas trop bon, qu’est-ce-qui se passe avec le générique ??”
D. M  : “Problème de son où ??”
G.M : “Si. il y a un problème de son…”
D.M : “Où ?”
G.M : ” …avec le générique… le son n’est pas trop trop bon…”
D.M : “Le son n’est pas trop bon où ?? Tu as écouté le son où ??”
G.M : “Avec… heu… avec mon ordinateur !”
D.M : “Avec ton ordinateuuur ! Merci.”
😂😂 David Monsoh rend le micro et retourne à sa place calmement pendant que toute la salle rit ainsi que l’animatrice… Héritier l’invite poliment a tenter l’expérience sur un appareil spécialement dédié à l’écoute de CD… Genre une chaîne Hi-fi… par exemple…

En bref

  • La question des combattants congolais et l’interdiction de produire sur scène des artistes congolais en France a été soulevée : Héritier à expliqué qu’il est apolitique et que les choses devraient bien se passer car son producteur entend bien lui faire fouler les planches de l’Olympia… Ha j’espère pour lui parce que… Ils m’ont l’air déterminé ces messieurs les combattants là… enfin bref. ( En savoir plus sur les revendications des combattants congolais reçus par Claudy Siar sur RFI)
  • l’Album bénéficie d’une collaboration entre les 2 chaînes concurrentes BBLACK et Trace TV pour la promotion de l’album. Il était important selon D.M. que ces 2 médias majeurs de la culture noire unissent leur force.
  • Des collaborations panafricaines sur l’album comme Fababy d’origine ivoirienne et Wally Seck, sénégalais.

J’ai découvert un Héritier Watanabé, humble, respectueux de ses paires et soucieux de satisfaire son public. Un homme plein d’ambition et de générosité; Il a su répondre avec flegme et courtoisie à toutes les questions qui lui ont été posées. Il a su par son humilité susciter l’intérêt de son auditoire.

L’Héritier de la musique congolaise et son staff ont réussi la conférence de presse et le lancement de l’album.

Il sera en concert le 15 juillet 2017 À l’ OLYMPIA, on croise les doigts pour qu’il mette tout l’monde d’accord !

Bon vent Héritier Watanabé !

Je vous invite à regarder le clip de sa chanson intitulée “BM” que j’aime beaucoup, en hommage à une femme qui l’a beaucoup aidé dans sa carrière :

Page Facebook : Héritier Watanabe Officiel

Compte Instagram : Heritierwata_officiel_29

Clip à voir : RETIRADA

Allez, on est o’kohy  ! 😉

http___signatures.mylivesignature.com_54494_191_E2C488FF41CEA82103D22C05068DF0BD

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *